Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CHEMIN DE CROIX

CHEMIN DE CROIX

CHEMIN DE CROIX

 

En temps de pandémie

 

 

En collaboration avec Mgr Jean-Pierre Delville, Caroline Werbrouck,

Léo Palm, Fabian Delarbre et le Diocèse d’Arras

 

 

Introduction

 

En ce moment de souffrance, en ce temps de pandémie du coronavirus, en ce vendredi saint, nous commémorons la Passion de Jésus et nous célébrons le chemin de croix, à la suite de Jésus. Nous voudrions le placer sous la protection de Notre-Dame de Banneux. À un moment très sombre de l’histoire du monde, à l’époque de la crise économique de 1929, une Belle Dame est apparue à Banneux, dans le diocèse de Liège et elle a apporté un message plein de réconfort ! Elle a fait une promesse solennelle : « Je viens soulager la souffrance. » Elle s’est présentée à Mariette Beco comme la « Vierge des pauvres ». Elle a indiqué une source et a dit : « Cette source est réservée pour toutes les nations, pour soulager les malades. Je prierai pour toi. » Cette source d’eau fraiche est symbole de salut, de prière pour toutes les nations et pour les malades, pour chacun de nous. Elle a ajouté : « Priez beaucoup ! ».

 

Marie a ajouté à la fin des apparitions : « Je suis la mère du Sauveur, mère de Dieu. Priez beaucoup ». Ainsi, la « mère du Sauveur », nous conduit à la source du salut, une source qui jaillit du cœur transpercé de Jésus. Avec la Vierge des Pauvres, tenons-nous auprès de Jésus crucifié et prions. Que l’amour du Christ donne à nos cœurs une nouvelle espérance. 

 

En méditant ce chemin de Croix nous penserons aux malades, aux soignants, aux morts et à leurs familles, et en particulier aux victimes du coronavirus et à ceux et celles qui souffrent des conséquences de cette pandémie. Nous prierons aussi pour les pays en guerre, les victimes de catastrophes naturelles et humanitaires. Nous penserons aux peuples écrasés par la dictature ou victimes de l’injustice sociale. Nous confions au Seigneur notre Pape François, ainsi que les responsables religieux et politiques. Et nous prions les uns pour les autres.

 

 

 

1ère Station. Jésus est condamné à mort

 

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

Parce que Tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

[ou

Refrain : Ô croix, dressée sur le monde, ô croix de Jésus Christ]

 

Evangile

 

De l’évangile selon saint Marc (Mc 15, 15)

Pilate, voulant contenter la foule, relâcha Barabbas et, après avoir fait flageller Jésus, il le livra pour qu’il soit crucifié.

 

Méditation

  

Jésus est au centre d’une tragédie et d’une injustice. Il a été trahi par Judas ; pourtant celui-ci s’est repenti, mais trop tard. Jésus a été renié par saint Pierre ; mais celui-ci s’est ressaisi, il a pleuré amèrement et affirmera au Christ son amitié. Jésus est accusé par les grands-prêtres, d’être un faux messie ; pourtant certains hésitaient à le condamner. Puis Jésus est amené chez le gouverneur romain, Ponce Pilate : celui ne désire pas le condamner, d’ailleurs sa femme l’en dissuade. Mais finalement il cède devant les pressions ; et se lave les mains publiquement. Ainsi chacun a une part de responsabilité dans la condamnation.

 

Prière

 

Seigneur Jésus, toi qui t'es assis à la table des pécheurs et des condamnés de la société. Tu as été trahi au cours d’un repas. Nous te demandons pardon pour nos lâchetés et pour nos condamnations hâtives. Nous te demandons pardon pour les lâchetés et les insouciances de notre monde, qui entrainent parfois des tragédies. À ce même repas avec tes disciples, tu as aussi voulu leur donner le pain et le vin de ton corps et de ton sang, pour que ton amour partagé guérisse nos blessures, nos souffrances et nous libère des condamnations qui pèsent sur nous. Donne-nous un avant-goût du festin de ton Royaume. Ainsi, grâce à toi, les condamnés de la terre seront les premiers à s'asseoir à ta table et à partager ton amour.

 

Notre Père

 

[Chant :

1 - Venez à moi, vous tous qui succombez sous la fatigue,

C’est moi qui porterai le poids de votre peine.

Nous chantons la croix du Seigneur,

Qui se dresse sur l’univers

Comme un signe éclatant, de l’amour de notre Dieu.]

 

 

2e station. Jésus est chargé de sa croix

 

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

Parce que Tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

 

Evangile

 

De l’évangile selon saint Jean (Jn 19, 17)

Jésus lui-même, portant sa croix, sortit en direction du lieu-dit Le Crâne (ou Calvaire), qui se dit en hébreu Golgotha.

 

Méditation

 

Après avoir été objet de moqueries, flagellé et torturé par les soldats, Jésus porte l'instrument de son supplice. C’est une torture de plus, il est victime de sadisme. Pourtant, il accepte, il fait un pas, puis un autre, il marche ! Ce courage de Jésus est passé dans le langage courant. On dit souvent : « il faut porter sa croix ! » Jésus accepte cette croix parce qu’il la partage avec nous et parce qu’il a confiance en Dieu qui l’accompagne.

La croix est le signe de tous les morcelés, de tous ceux dont l'existence, à un moment, est cassée. En regardant Jésus qui porte sa croix, je découvre Dieu exposé à la souffrance et j'entends sa Parole nous dire :"Vous n'êtes pas des abandonnés ni à la faim, ni à la haine, ni à la maladie, ni à la laideur issue du péché, ni à la bêtise, ni à l'injustice, ni à l'absurde. Je suis avec vous, je vous accompagne. Je porte la croix avec vous. Venez à ma suite, vous tous les abattus, je marche devant avec la croix pour vous ouvrir le chemin et je vous entraine là-bas, du côté de la lumière".

 

Prière

 

Seigneur, puisque nul ne peut être ton disciple et avoir part à ton Royaume s'il ne prend sa croix et ne te suit pas, aide-nous à prendre comme toi notre croix « à bras-le-corps » et à marcher, jour après jour, dans l'espérance de trouver avec toi le repos et la vie! 

 

Je vous salue, Marie,

 

[Chant :

2 - Venez à moi, vous tous qui gémissez sous l’injustice,

C’est moi qui suis pour vous la loi libératrice.

Nous chantons la croix du Seigneur,

Qui se dresse sur l’univers

Comme un signe éclatant, de l’amour de notre Dieu.]

 

3e station. Jésus tombe pour la première fois

 

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

Parce que Tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

 

Evangile

 

De l’Évangile selon saint Matthieu (11, 28-30)

Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger.

 

Méditation

 

Jésus est tombé, en trébuchant sur une pierre. La chute de Jésus fait penser à nos chutes à nous, et à notre chute dans la crise actuelle. Celle-ci révèle autre chose que le coronavirus, elle révèle aussi nos virus sociaux et nos virus psychiques : notre individualisme, notre course à l'argent, nos priorités mal mises, notre oubli des injustices, notre oubli des souffrants, comme les personnes âgées, les handicapés, les exilés, les SDF, les prisonniers, les pays pauvres. C’est tout cela qui fait tomber Jésus aujourd’hui.

Mais Jésus s'est relevé, il s'est redressé, il a fait appel à toute l'énergie qui lui restait pour poursuivre son chemin, et il a avancé. Ainsi la crise actuelle fait-elle apparaitre ce qu'il y a de plus beau dans l'être humain: la solidarité, le courage, la compassion, la créativité, le souci de l'autre... Ainsi la croix et les épreuves nous font opérer un discernement sur l'essentiel ; la chute sous le poids de la croix nous donne l’occasion de nous relever.

 

Prière 
 

Seigneur, à nous aussi, il nous arrive de tomber. Tu connais toutes nos défaillances, sur le chemin difficile de la vie, de la générosité, de la sainteté et de l'Amour.  Délivre-nous, Seigneur, de la lourdeur de notre cœur, de la jalousie et de l'ambition, délivre-nous des rancunes, de l’esprit de calcul et de concurrence déloyale.  Délivre-nous, de l'orgueil et de l'indifférence. Tu connais, Seigneur, notre fragilité: ne nous laisse pas tomber dans la tentation, relève-nous et délivre-nous du mal.

 

Notre Père

 

[Chant :

3 - Venez à moi, vous tous qui trébuchez dans les ténèbres,

Sur vous se lèvera, l’éclat de ma lumière.

Nous chantons la croix du Seigneur,

Qui se dresse sur l’univers

Comme un signe éclatant, de l’amour de notre Dieu].

 

 

4e station. Jésus rencontre sa mère

 

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons


Parce que Tu as racheté le monde par ta Sainte Croix
.

 

 

Evangile

 

De l’évangile selon Saint Luc (2, 34-35)

Siméon bénit Marie et Joseph, puis il dit à Marie sa mère : « Vois, ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division. – Et toi-même, ton cœur sera transpercé par une épée. »

 

Méditation

 

Qui de nous, un jour de larmes, un jour de deuil, un jour de malheur, n'a pas croisé un regard d'amour, reçu un sourire de joie, entendu une parole de paix ? Car Dieu a mis dans le cœur des hommes et des femmes un espace de compassion, un espace d'accueil pour le malheur.

Comme Mère de Dieu et Mère des hommes, Marie possède en son cœur un immense espace de compassion, une terre d'accueil pour le malheur. Et quand elle rencontre son Fils, elle ouvre largement les portes de son cœur à sa douleur.

Marie à Banneux a voulu soulager la souffrance, soulager les malades. De nombreuses personnes vont en pèlerinage à Banneux pour demander la guérison de leurs souffrances et de leurs maladies. Beaucoup ont été guéris, dans leur corps et dans leur cœur. L’amour de Dieu passe par Marie ; la rencontre avec elle nous soulage et nous guérit. Que notre rencontre aujourd’hui avec Marie et son fils guérisse notre corps et notre cœur.

 

Prière


Seigneur, ta Mère t'avait toujours montré son amour. Mais aujourd'hui, c'est encore plus fort que jamais ! Comme toi, elle marche ; comme toi, elle pleure ; comme toi, elle souffre. Elle vient à ta rencontre. Il en sera ainsi toujours, lorsque la souffrance frappera un de tes frères. Ta Mère, toi et nous, nous sommes définitivement unis. À cause de cela, nous marchons ensemble dans l'espérance.

 

Je vous salue, Marie, …

 

 

 

[Chant :

4 - Venez à moi, vous tous dont on méprise l’espérance,

Je viens pour relever les humbles qui attendent.

Nous chantons la croix du Seigneur,

Qui se dresse sur l’univers

Comme un signe éclatant, de l’amour de notre Dieu.

 

5e station. Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix

 

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

Parce que Tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

 

Evangile

 

De l’évangile selon Saint Luc (23, 26)

« Pendant qu’ils emmenaient Jésus, ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix pour qu’il la porte derrière Jésus. »

 

Méditation

 

Simon de Cyrène, c'est l'homme du "coup de main". Chaque jour, il y a des millions de "coups de main" qui se donnent à travers le monde. Celui de Simon n'a été que l'un d'entre eux, mais quel coup de main ! Au Fils de Dieu lui-même, à l'heure où il sauve le monde !... Mais tous les coups de main offerts ne sont-ils pas des coups de main aux fils de Dieu ?

Nous pensons avec gratitude à ceux qui, dans la crise actuelle, soignent les malades, aux médecins, au personnel soignant dans les hôpitaux, en maison de repos, à domicile. Nous pensons aussi à ceux qui travaillent pour le bien de la société, à ceux qui nous aident à nous nourrir, à voir la beauté, à prier.... Nous pensons aux organisations humanitaires présentes dans les pays ravagés par la guerre ou les catastrophes naturelles. Quant à nous, très concrètement, quel geste pouvons-nous faire pour aider l'autre à porter sa souffrance ? Un coup de fil, un courrier? Chacun peut accompagner à sa manière. Tout compte. Toute attention produit un effet.

 

 

 

Prière

 

Seigneur, tu n'as pas refusé le coup de main de Simon de Cyrène... parce que tu en avais besoin. Qui sait si, sans ce coup de main, tu aurais pu aller jusqu'au bout ? Simon, en affrontant la peur et les moqueries a brisé ta solitude. Donne-nous son courage, sa force, son esprit de service, afin qu'en donnant un coup de main à notre voisin de palier, de quartier, d'école, d'atelier, de bureau... nous lui montrions qu'il n'est pas seul.

 

Notre Père…

 

Chant :

5 - Venez à moi, vous tous que pour ma gloire on persécute,

C’est vous qui régnerez au jour de ma victoire.

Nous chantons la croix du Seigneur,

Qui se dresse sur l’univers

Comme un signe éclatant, de l’amour de notre Dieu.

 

 

6e station. Véronique essuie le visage de Jésus

 

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

Parce que Tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

 

Lecture biblique

 

Du livre des Psaumes (27, 8-9)

Mon cœur m’a redit ta parole  ‘Cherchez ma face!’ C’est ta face Seigneur que je cherche : ne me cache pas ta face. N’écarte pas ton serviteur avec colère : tu restes mon secours. Ne me laisse pas, ne m’abandonne pas, Dieu mon salut.

 

Méditation

 

La tradition a donné un nom à la femme qui essuie le visage de Jésus : Véronique... Ce mot veut dire « vraie image », « vraie icône », car selon la légende le visage du Christ est resté comme imprimé sur le linge qu'elle avait utilisé. Ce visage n'est pas le visage de la transfiguration, mais le visage défiguré, la figure d'un homme blessé, couronné d'épines, aux traits tuméfiés et sanglants, le portrait de quelqu'un qui a dit: « Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime ».

Si le portrait de Jésus est resté imprimé sur le drap de Véronique, c’est pour montrer que chaque geste d’affection  a une valeur éternelle, une valeur qui s’imprime dans nos cœurs. Véronique contemplait si intensément le visage souffrant de Jésus qu'elle a fini par l'imprimer dans son cœur et dans nos cœurs.

 

Prière 

 

Véronique, nous ne savons rien de toi, mais nous savons l'essentiel : tu es cette femme qui ne se contenta pas de regarder passer le Christ. Tu es cette femme qui prit un linge et le passa sur son visage par tendresse et par amour. 

Seigneur, il y a toujours des visages qui ruissellent de sueur et de sang. Il y a toujours des torturés ; il y a toujours des pauvres, par l'injustice et le mépris. Il y a toujours des visages défigurés par la souffrance dans les salles des hôpitaux du monde et dans les chapelles funéraires. Il y a toujours des gens qui se sentent seuls et abandonnés, comme toi, Seigneur, en ta passion. Aide-nous donc, comme Véronique, à apaiser leur douleur, à essuyer les larmes de leurs yeux.

Nous pensons avec reconnaissance à tous ceux et celles qui regardent avec tendresse ceux qui sont défigurés et dévastés, particulièrement dans leur dernier moments ; aux médecins, infirmières, pharmaciens, aides-soignantes, aumôniers en hôpital, en maisons de repos, en homes pour personnes handicapées. Grâce à eux naitront pour eux, dès ici-bas, des cieux nouveaux et une terre nouvelle.

 

Je vous salue, Marie…

 

Chant :

 

6 - Venez à moi, vous tous que défigure la souffrance,

Je viens pour effacer vos rides et vos larmes.

Nous chantons la croix du Seigneur,

Qui se dresse sur l’univers

Comme un signe éclatant, de l’amour de notre Dieu.

 

 

 

 

7e station. Jésus tombe pour la seconde fois

 

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

Parce que Tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

 

Lecture biblique

 

De la première Lettre de saint Pierre Apôtre (2, 24)

Dans son corps, le Christ a porté nos péchés sur le bois de la croix, afin que nous puissions mourir à nos péchés et vivre dans la justice : par ses blessures sommes guéris.

 

Méditation

 

C'est la rechute de Jésus. On parle de rechute quand il s'agit d'une maladie grave, d'une personne à nouveau arrêtée, d'une dépression à multiples visages. Souvent on gémit : « Le pauvre, il ne s'en sortira jamais! » Pourtant, être par terre ne veut pas dire : « être vaincu ».  Nous le voyons tous les jours : des malades s’en sortent.

Jésus tombe pour la seconde fois, c'est vrai. Mais ce même Jésus a marché sur l'eau, a été transfiguré, a multiplié les pains et chassé les démons. Son être profond ne se réduit pas à cet homme épuisé, fragile, sans forces ni figure humaine. Il y a en lui une formidable volonté de vivre, qui le fait se relever et poursuivre son chemin. Relevé de la poussière de la terre, dans trois jours, il se relèvera du tombeau. Il nous faut garder l’espérance.

 

Prière

 

Seigneur, tu nous as montré qu'au milieu des pires épreuves, tu savais vivre debout. Aide le malade, qui croit que son corps est devenu un tombeau, à chercher en lui-même la pierre à soulever. Aide le condamné, qui croit que toute vie est devenue une prison, à trouver en lui-même la porte qui s'ouvre sur la liberté. Aide le déprimé dont la tête est devenue une chambre obscure, à découvrir en elle l'étoile qui ne s'éteint jamais. Donne à chacun une force qui soit plus grande que la souffrance. 

 

Notre Père

 

 

 

Chant :

7 - Venez à moi, vous tous qui attendez la délivrance,

C’est moi qui briserai les liens qui vous enserrent.

Nous chantons la croix du Seigneur,

Qui se dresse sur l’univers

Comme un signe éclatant, de l’amour de notre Dieu.

 

 

8e station. Jésus rencontre les femmes de Jérusalem

 

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

Parce que Tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

 

Evangile

 

De l’évangile selon Saint Luc (23, 27)

Le peuple, en grande foule, le suivait, ainsi que des femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur Jésus.

 

Méditation

Dans la foule qui suit le cortège macabre, se trouvent des femmes de cœur. Jésus les voit, il se tourne vers elles, malgré la douleur. Il saisit leur sentiment de pitié. Et même en ce moment dramatique, il veut leur adresser une parole qui dépasse la simple pitié. Il désire qu’en elles, qu’en nous, n’habite pas seulement la compassion, mais la conversion du cœur, pour recommencer une vie nouvelle.

Ceci me fait penser à sainte Julienne de Cornillon qui, à Liège, au moyen âge, a dirigé l’hôpital de Cornillon. Elle a soigné les malades atteints de la peste et d’autres maladies. Elle était animée de sa foi dans la présence du Christ dans l’eucharistie.

Le Seigneur nous visite jour après jour, et nous le laissons passer sans le voir.

 

 

 

 

Prière
 

Seigneur, aide-nous à entendre ton message, sans quoi nos pleurs, nos lamentations sur le malheur du monde ne serviront à rien. Puissions-nous te reconnaitre dans cet immigré que la société rejette, dans ce chômeur qui ne trouve pas de travail, dans cette femme âgée écrasée par la solitude, dans ce foyer qui se brise, dans cet homme étendu sur la chaussée, dans cet orphelin pleurant dans un pays en guerre, dans ce patient aux soins intensifs... Que nos larmes lavent notre cœur et nous connaîtrons la joie de pardonner et d'être pardonnés.

 

Je vous salue, Marie

 

Chant :

8 - Venez à moi, vous tous qui avez faim du don céleste,

Je viens pour partager le pain de votre vie.

Nous chantons la croix du Seigneur,

Qui se dresse sur l’univers

Comme un signe éclatant, de l’amour de notre Dieu.

 

9e station. Jésus tombe pour la troisième fois

 

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

Parce que Tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

 

Evangile

 

Du livre du prophète Isaïe (Is 53, 5)

C’est à cause de nos révoltes qu’il a été transpercé, à cause de nos fautes qu’il a été broyé. Le châtiment qui nous donne la paix a pesé sur lui : par ses blessures nous sommes guéris.

 

 

 

Méditation

 

La troisième chute, c'est la dernière. Le calvaire est là tout près, ce n'est pas le moment de lâcher, d'abandonner le combat : le but est proche. Jésus se relève donc pour emprunter la dernière ligne droite de son chemin de croix et « entrer dans sa gloire ».

Dieu n'aime pas la souffrance. Il est un Dieu de compassion, un Dieu qui souffre, qui nous rejoint dans nos souffrances les plus profondes, un Dieu qui se fait proche dans nos heures les plus noires.

 

Prière

 

Seigneur Jésus, en allant de chute en chute, tu es allé d'abaissement en abaissement, jusqu'à te remettre entièrement dans les mains de ton Père. Nous te prions, Seigneur, pour tous les hommes écrasés, méprisés, humiliés, pour ceux qui perdent en route le goût de vivre, pour ceux qui lèvent les mains vers toi, pour ceux qui n'entendent pas de réponse à leurs appels. Regarde, Seigneur, ceux qui tombent, ceux qui n'ont pas la force de se relever, ceux qui restent à terre et qu'on écrase encore davantage. Enveloppe-nous tous, Seigneur, de ta tendresse.

 

Notre Père

 

Chant :

9 - Venez à moi, vous tous qui cheminez sans but sur terre,

Je viens pour vous montrer la route vers le Père.

Nous chantons la croix du Seigneur,

Qui se dresse sur l’univers

Comme un signe éclatant, de l’amour de notre Dieu.

 

 

10e station. Jésus est dépouillé de ses vêtements

 

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

Parce que Tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

 

 

 

Evangile

 

De l’Evangile selon St Jean (19, 23-24)

Quand les soldats eurent crucifié Jésus, ils prirent ses habits ; ils en firent quatre parts, une pour chaque soldat.

 

Méditation

 

Les soldats n'avaient plus rien à tirer de cet homme à l'agonie ; restent les habits ! Pensons  à ceux qui aujourd’hui sont dépouillés  physiquement, psychiquement, socialement, spirituellement. Pensons à ces hommes et femmes que l'économie mondialisée dépèce jusqu'à la dernière goutte de sueur, pourvu que ça rapporte... jusqu'au bout. Pensons à tous les pauvres de la terre. Marie les porte aussi dans la confiance, elle qui est la Vierge des pauvres.

 

Prière

 

Seigneur, quand je regarde un pauvre, mets dans mon regard du respect et de l'admiration pour l'œuvre de ton Père, le Créateur. Ta nudité nous rappelle que « l'essentiel est invisible pour les yeux ».

 

Je vous salue, Marie…

 

Chant :

10 - Venez à moi, vous tous qui convoitez richesse et gloire,

En moi la pauvreté a trouvé sa noblesse.

Nous chantons la croix du Seigneur,

Qui se dresse sur l’univers

Comme un signe éclatant, de l’amour de notre Dieu.

 

 

11e station. Jésus est cloué sur la croix

 

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

Parce que Tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

 

Evangile

 

De l’Evangile selon Luc (Lc 23, 33-34)

Arrivés au lieu-dit : Le Crâne (ou Calvaire), ils crucifièrent Jésus, avec les deux malfaiteurs, l’un à droite et l’autre à gauche. Jésus disait : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font ».

 

Méditation

 

Jésus se laisse clouer les mains et les pieds. Sans un mot, sans un geste. Réduites à l'impuissance, ces mains ne peuvent plus guérir, bénir, rompre les pains. Ces pieds ne peuvent plus arpenter les chemins, ni marcher sur les eaux du lac, ni être baignés des larmes de la pécheresse.

Mais qui est le plus fort ? Jésus qui se laisse clouer ou les bourreaux qui frappent à coups de marteaux ? Le plus fort, c'est le plus faible, c'est celui qui ne résiste pas à une force aveugle. Sur le bois de la croix, Jésus transforme toute son énergie en énergie d'amour afin d'aller jusqu'à la victoire finale : vaincre la mort !

 

Prière

 

Seigneur, nous te prions pour tous ceux qu'on torture, et qu'on fait souffrir, par la menace ou par le chantage, par la cruauté ou par la brutalité, par l'indigence ou par la suffisance, face à face ou via les réseaux sociaux.  Seigneur, nous te prions pour les enfants qu'on torture, pour les femmes qu'on viole brutalement, pour les hommes sur lesquels on s'acharne jour après jour et qu'on réduit à l'état de loques humaines. Fais-leur sentir la douceur de ta présence. Seigneur, nous te prions aussi pour tous les tortionnaires. Fais-leur sentir la brûlure de ton amour. Seigneur, protège, délivre et guéris

 

Notre Père

 

Chant :

11 - Venez à moi, vous tous qu’étreint déjà la mort cruelle,

Ma croix vient vous donner la force de la vaincre.

Nous chantons la croix du Seigneur,

Qui se dresse sur l’univers

Comme un signe éclatant, de l’amour de notre Dieu.

 

12e station. Jésus meurt en croix

 

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

Parce que Tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

 

Evangile

 

De l’Evangile selon Marc (Mc 15, 34-39)

A la neuvième heure, Jésus cria d’une voix forte : « Éloï, Éloï, lema sabactani ? », ce qui se traduit : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

 

Méditation

 

Depuis que l'homme existe, il y a des centaines, des milliers d'assassinats par jour. Celui de Jésus n'en est qu'un de plus, parmi tant d'autres. Mais pourquoi, après 2000 ans, en parle-t-on encore ? Pourquoi des millions de croix se dressent-elles partout ? Pourquoi tant de gens en portent-ils à leur cou, pourquoi le signe de la croix est-il si souvent tracé ? C'est que Jésus était « vraiment le Fils de Dieu » !  Et quand le Fils de Dieu meurt, il regarde la mort en face.

Pour mieux la vaincre, il l'accepte. Tel est son secret.

Il prend le premier ce chemin pour nous ouvrir les portes de son Royaume.

 

Prière

 

C'est la dernière heure, les dernières paroles. Seigneur, je t'écoute et je te prie.

Au bon larron, tu promets : « Aujourd’hui, avec moi, tu seras dans la paradis. »

Pour les bourreaux, tu implores : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. »

Et voici que tu lances dans la nuit le grand cri : "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?  Toi qui as connu l'épouvantable angoisse de la solitude, Seigneur, prends pitié de nous quand vient la tentation de désespérer.

Nous avons soif de vérité et de justice, nous aussi, nous voulons aller jusqu'au bout pour que soit faite la volonté du Père : avec Toi, dans le dépouillement et l'abandon, nous nous remettons entièrement dans ses mains. Seigneur, tu as donné ta vie pour nous et tu es mort par amour.

 

Silence

 

Chant :

12 - Venez à moi, vous tous qui avez soif de ma parole,

En moi vous trouverez la force inépuisable.

Nous chantons la croix du Seigneur,

Qui se dresse sur l’univers

Comme un signe éclatant, de l’amour de notre Dieu.

 

 

13e station. Jésus descendu de la croix et remis à sa mère

 

Nous t’adorons au Christ, et nous te bénissons

Parce que Tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

 

Evangile

 

De l’Evangile selon Jean (Jn 19, 38)

Après cela, Joseph d’Arimathie, qui était disciple de Jésus, mais en secret par crainte des Juifs, demanda à Pilate de pouvoir enlever le corps de Jésus. Et Pilate le permit. Joseph vint donc enlever le corps de Jésus.

 

Méditation 

 

Les cris de la foule se sont tus, le corps de Jésus s'est refroidi, la tristesse a figé les visages : Marie, Jean, Joseph, les femmes... sont toujours là, fidèles et courageux. Ils reçoivent le corps de Jésus. Ils l’ont accompagné jusqu’au bout. Pensons aux familles qui doivent vivre leur deuil sans pouvoir vivre cette réalité avec ce qui pourrait les aider et que nous vivons habituellement à cause du confinement. Elles ne peuvent voir le défunt, le toucher, célébrer des funérailles ni bénéficier du soutien social.

 

Prière

 

Seigneur, nous te prions pour ceux qui accompagnent les mourants ; pour ceux qui leur donnent les derniers soins. Nous te rions pour ceux qui sont décédés. Nous te prions pour ceux qui n’ont pu rendre hommage à leurs défunts à cause du confinement.

 

Notre Père

 

Chant :

13 - Venez à moi, vous tous qui aspirez à la puissance.

En moi vous contemplez un Dieu qui perd la vie.

Nous chantons la croix du Seigneur,

Qui se dresse sur l’univers

Comme un signe éclatant, de l’amour de notre Dieu.

 

 

14e station. Jésus est mis au tombeau

 

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

Parce que Tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

 

Evangile

 

De l’évangile selon saint Marc (Mc 15, 46)

Joseph acheta un linceul, il descendit Jésus de la croix, l’enveloppa dans le linceul et le déposa dans un tombeau qui était creusé dans le roc. Puis il roula une pierre contre l’entrée du tombeau.

 

Méditation

 

Le geste d’humanité après ce drame revient à Joseph d’Arimathie. Dans sa générosité, il offre un tombeau pour le corps de Jésus. Il l’enveloppa d’un linceul. Il ferma la tombe. Ainsi il marque de son attention le corps de Jésus, il ne craint pas d’honorer son corps. Cela nous fait penser au personnel des pompes funèbres et des salles des défunts des institutions hospitalières qui essayent d'humaniser l'inhumain.

Joseph d’Arimathie a préparé le lieu de la résurrection de Jésus. C’est à ce tombeau que Marie-Madeleine le trouvera de nouveau vivant. Incroyable espérance, plus forte que la mort ! Au fond du cœur de tout homme, depuis la création du monde, la mort n'a jamais eu le dernier mot.

 

 

 

 

Prière

Seigneur, tu as voulu que Joseph d’Arimathie te prépare un tombeau digne et honorable. Comme lui, aide-nous à te faire confiance au-delà de la mort.

Car le feu continue à couver sous la cendre. Une petite flamme continue à luire dans le cœur et les yeux de ceux qui restent. Il reste toujours une étincelle de vie que rien ne peut éteindre. Merci, Seigneur ! ...

 

Je vous salue, Marie…

 

Chant :

14 - Venez à moi, vous tous qui retournez à la poussière,

Un jour je vous rendrai le souffle de la vie.

Nous chantons la croix du Seigneur,

Qui se dresse sur l’univers

Comme un signe éclatant, de l’amour de notre Dieu.

 

Concluons notre chemin de croix par cette :

Prière de Pape François :

« Ô Marie,
Tu brilles toujours sur notre chemin
comme un signe de salut et d’espoir.
Nous nous confions à toi, Santé des malades,
qui auprès de la Croix, a été associée à la douleur de Jésus,
en restant ferme dans la foi.
Toi, Salut du peuple chrétien,
tu sais de quoi nous avons besoin
et nous sommes sûrs que tu y pourvoiras
pour que, comme à Cana de Galilée,
la joie et la fête reviennent
après cette épreuve.
Aide-nous, Mère de l’amour divin,
à nous conformer à la volonté du Père
et à faire ce que nous dira Jésus,
qui a pris sur lui nos souffrances
et s’est chargé de nos douleurs
pour nous conduire à travers la Croix,

à la joie de la résurrection. Amen. »

 

 

Télécharger le Chemin de Croix

Écrire un commentaire

Optionnel